Le temple du Pavillon d’or, de son nom japonais le Kinkaku-ji et de son vrai nom le Rokuon-ji, est un temple bouddhique très renommé de Kyoto, au Japon. Il constitue l’une des visites majeures de cette ville, voire de ce pays. Il convient donc de vous le présenter. C’est parti ! Ce temple est situé à la lisière nord-ouest de l’ancienne capitale impériale. Le plus simple est donc d’y accéder en bus depuis la gare de Kyoto ou autre. A la descente du bus, une petite allée nous dirige vers le temple et nous ressentons déjà l’atmosphère de ce temple inscrit dans la nature environnante. Nous entrons (400 JPY) et […]
Le parc aux singes d’Iwatayama se trouve à Arashiyama, à Kyoto. Il permet de finir en apothéose une bonne journée de visite de ce quartier après Tenryuji, la forêt de bambous et la vieille ville touristique. C’est magnifique ! Après nous être bien reposés dans l’une des nombreuses boutiques près de la route Utano-Arashiyama-Yamada, nous sommes repartis. Nous traversons le pont Togetsu et Nakanoshima direction sud, vers le parc aux singes. Habitations et lieux d’hébergement plus ou moins traditionnels, nature et commerces se côtoient harmonieusement. Nous marchons une bonne petite dizaine de minutes et nous voici au pied de la montagne. Petite randonnée en montagne Ouf ! Nous pouvons souffler… […]
Le quartier de Sagano, à Kyoto, jouxte Tenryuji et la forêt de bambous d’Arashiyama. Pour y accéder, nous longeons la rivière Katsura puis nous empruntons l’artère principale, la route Utano-Arashiyama-Yamada, avant le pont Togetsu. Avant d’emprunter ce pont pour aller visiter le parc aux singes d’Iwatayama, nous pouvons faire un petit crochet par la vieille ville commerçante avec sa route principale et ses rues adjacentes qui nous accueillent. Nous pouvons nous y recharger les batteries avec ses restaurants et cafés. Nous pouvons aussi avoir de bons souvenirs à emporter chez soi, pour des amis et/ou à savourer sur place. C’est magnifique ! Pour les pâtisseries japonaises, Oimatsu et Chikujian (produits) […]
La bambouseraie – plus communément appelée la forêt de bambous – d’Arashiyama se trouve à Kyoto, près du temple bouddhique de style Zen Rinzai Tenryuji. Nous y accédons par un chemin qui mène de la sortie du temple au parc Kameyama, qui lui même jouxte la rivière Katsura. La nature est omniprésente. C’est magnifique ! La forêt et son chemin font près de 500 mètres de long et prolongent l’atmosphère zen du temple précédent. Le soleil entre délicatement en parcimonie et avec sagesse, ce qui peut être très rafraîchissant surtout lors de l’été chaud et humide japonais… Bref, nous y déambulons de 10 à 20 minutes en marchant paisiblement, notre […]
Le temple Tenryuji se trouve à Kyoto, l’ancienne capitale impériale du Japon. Il est plus précisément situé dans le quartier d’Arashiyama, entouré de son quartier traditionnel et touristique puis de verdure chatoyante. Arashiyama vaut bien une journée de visite et nous allons l’explorer. C’est magnifique ! Un peu d’Histoire Ce temple, emblématique de Kyoto, est issu de la confrontation entre le pouvoir impérial et le pouvoir militaire. Il a émané de la volonté d’apaisement des samouraïs. L’empereur était en effet allié du général Ashikaga Takauji. Ils avait renversé le shogunat de Kamakura en 1333, donnant lieu à la restauration de Kenmu. Mais la situation s’est vite envenimée. La restauration avortée […]
Le château de Nijo représente le pouvoir absolu des shoguns à Kyoto. Les dictateurs militaires et leurs samouraïs détenaient la réalité du pouvoir au Japon de 1185 à 1868, sauf durant un interlude de trois ans entre 1333 et 1336. Il faut bien dire que les militaires forçaient la main des empereurs et n’hésitaient pas à les renverser s’ils prenaient trop de liberté à leur goût. Les empereurs leur déléguaient alors théoriquement et de facto leur pouvoir lors des shogunats successifs Minamoto, Ashikaga puis Tokugawa. Les shoguns avaient une puissance absolue et même les empereurs ne sauraient les contredire. C’est dans cette optique de le château de Nijo (Nijo-jo en […]
Kyoto a été la capitale impériale du Japon de 794 à 1868. À la fin du VIIIème siècle, les empereurs voulaient se démettre de l’emprise de plus en plus grandissante des religieux, bouddhiques, très entreprenant à Heijo-kyo (actuelle Nara). Ils ont d’abord déménagé à Nagaoka-kyo en 784 mais suite à des problèmes d’aménagement successifs (inondations et autres), ils se sont rabattus sur un autre site de choix, celui qui allait devenir celui de Heian-kyo, la capitale tranquille et paisible puis Kyoto. Pour commencer à aborder la ville, il convient d’en aborder l’empire, donc le palais impérial (Kyoto-Gosho). Le palais impérial fait une surface de 51 hectares dont 11 hectares bâtis. […]
Il est temps que ce blog commence à aborder un autre gros morceau inévitable du Japon : Kyoto, tant le département que la ville. La ville en elle-même porte bien son nom (littéralement la capitale capitale). En effet, celle-ci a été la capitale impériale du Japon de 794 à 1868 après Nara puis un interlude de 10 ans à Nagaoka-kyo (784-794). Son premier nom a d’ailleurs été « Heian-kyo », la capitale de la paix et de la tranquillité. Aujourd’hui, la ville a gardé de sa superbe. Palais impériaux, militaires et religieux se sont construits au cours des siècles et maintenant la quadrillent. La ville fait près d’1.500.000 habitants et fait partie […]
Il est possible de visiter la Corée au Japon, et ce via par exemple Korea Town qui se trouve à Osaka. Après le quartier chinois de Kobé, voici le quartier coréen d’Osaka. Les deux communautés sont très présentes au Japon et dans le Kansai et ont donc leurs quartiers. Il y a plus de 150.000 Coréens d’origine et/ou de nationalité à Osaka. Korea-town se trouve près de la gare Tsuruhashi. Les boutiques commencent dès la sortie de la gare et le quartier plus traditionnel est basé vers la rue commerçante Miyuki. Les liens sont forts entre la Corée et le Japon. Ces liens sont présents depuis le Vème siècle avec […]
Le port de Kobé est un port de commerce international ancrée dans la baie d’Osaka. Il se situe au sud et est relativement proche du centre ville. Kobé doit d’ailleurs sa renommée contemporaine à la présence de son port et au fait que Le Japon l’a déclaré ouvert à l’étranger lors de l’ouverture du pays sous Meiji en 1868. Les activités de plaisance du port se sont plutôt développées ces dernières années, notamment avec Harborland en 1982, renouvelé après 1995. Les riverains et habitants de la région aiment s’y retrouver lors des week-ends ou vacances. Ca peut être une bonne façon de terminer sa journée après avoir visité Sannomiya, Kitano […]