Aujourd’hui, petit pèlerinage japonais au programme : nous nous rendons à l’ouest du département de Nara, à Gojo, plus précisément dans sa partie forestière et montagnarde. La ville est à la frontière des département d’Osaka au nord-ouest et de Wakayama au sud-ouest. Les monts Kongo, qui servent de frontière départementale, sont fréquentés depuis des temps immémoriaux, et surtout depuis le IXème siècle. Et pourtant, ils sont restés naturels. Chaque visite est l’occasion d’une exploration des lieux. La visite est assez difficile d’accès et il vaut mieux se faire accompagner en bus.

Un peu d’Histoire

En 816, l’empereur Saga a donné la permission au moine bouddhique Kukai (aussi connu sous son nom posthume de Kobo Daishi) de fonder son monastère sur le mont Koya. Le mont est devenu le siège de son école bouddhique Shingon. Alors que ce célèbre mont Koya était proche, les chemins de pèlerinage en montagne ont afflués et certains de ces chemins sont passés par Gojo.

Les temps modernes ont d’ailleurs essayé de tracer leur chemin et de percer à travers la montagne mais ils n’y sont pas toujours arrivés. Nous pouvons croiser tout le long la voie ferrée Goshin, commencée en 1937 mais abandonnée en 1959. Certains passages sont désormais réhabilités en route goudronnée que les marcheurs apprécient. Des pruniers, magnifiques lors de leur floraison, la bordent. La forêt, la montagne et le fleuve Yoshino… la nature est omniprésente.

Les temples Shingon jalonnent le parcours et nous rappellent à notre humilité. Nous pouvons alors faire ce pèlerinage japonais et marcher une bonne petite journée du temple Joraku-in au temple Sairenji pour en ressentir l’atmosphère. De nombreux autres temples Shingon, comme le Chinkoku-ji, le Komyo-in ou le Monzaka-ji jalonnent la région et se veulent étape du pèlerinage, qui lui même se veut image du pèlerinage des 88 temples bouddhique Shingon de Shikoku.

Empire et folkore

Sur la route, nous pouvons nous reposer, et même faire une pause impériale ! Gojo abrite en effet une ancienne résidence impériale de l’empereur Go-Daigo qui y a séjourné en 1336 quelques mois avant son installation à Yoshino. Le palais est désormais un restaurant, Kanau. Ce restaurant est entouré de diverses facilités dont un musée d’histoire folklorique que nous pouvons visiter.

Visiter Gojo et marcher ce chemin de pèlerinage, c’est se purifier l’esprit, pouvoir admirer la nature et en apprendre plus sur l’Histoire du Japon. C’est magnifique ! Vous venez ? Je vous attends avec l’Association Touristique des Interprètes-Guides d’Asuka (ATIGA).

RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share
Instagram

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA