Le pèlerinage de Kumano émane de la croyance millénaire selon laquelle la région montagneuse de Kumano était considérée comme mythique « sol sacré, demeure des divinités ». Plusieurs routes le constituent. Nous allons nous y intéresser via les nombreux sanctuaires shinto et temples bouddhiques qui jalonnent son parcours. Durant l’époque Heian (794-1185), la maison impériale et sa cour voyageaient 30 à 40 jours le long de ce sentier ardu depuis l’ancienne capitale de Kyoto jusqu’à cette région, à la recherche du paradis terrestre. La secte bouddhique Shugendo, vision naturaliste du Bouddhisme (secte bouddhique empreint de respect de la nature donc de shintoïsme) y a ses chemins encore ses plus hardus.  

C’est dans le pèlerinage de Kumano que les trois grands sanctuaires de Kumano Sanzan ont été établis, ainsi que de nombreux autres temples et sanctuaires. Au fil des époques, ce pèlerinage s’est démocratisé.  Le Kumano kodo et le Kumano Sanzan, avec Koyasan, Yoshino et Omine, sont classés patrimoine mondial par l’UNESCO le 7 juillet 2004 sous l’intitulé « sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii ». Le pèlerinage de Kumano est d’ailleurs jumelé avec le pèlerinage de Compostelle.

Cinq chemins constituent donc ce pèlerinage. Nous avons le Kohechi (sentier moyen), du Nakaechi (sentier moyen), du Ohechi (grand sentier), du Iseji (sentier d’Ise) et du Kiiji (sentier de Kii). Chaque chemin peut constitué une bonne route de randonnée pour les touristes les plus courageux. Ressentir le Japon au plus profond, c’est magnifique ! Nous nous intéressons ici au Kohechi.

Le chemin Kohechi


Le chemin Kohechi fait 76 km. C’est le chemin le plus court du pèlerinage. Il va du mont Koya au sanctuaire Kumano Hongu-taisha. Elle passe par Nara en se dirigeant vers le sud. Elle parcourt le village de Totsukawa dans sa forêt aux cèdres millénaires, dont le Jindai-sugi, de 3000 ans, et ses montagnes aux temps immémoriaux. Après une arrivée en voiture ou en bus, nous pouvons emprunter ce chemin balisé aux abords du sanctuaire shinto Tamaki-jinja. Ce chemin est bien-sûr plus ou moins court selon nos envies. Nous pouvons alors en resentir l’atmosphère naturelle et historique qui émane du chemin et des environs. Le mont Tamaki fait 1076m.

Cette randonnée nous permet aussi de prendre du bon air en marchant un peu en altitude. Sur le chemin ou dans le sanctuaire, nous pouvons aussi croiser d’autres pèlerins. Nous pouvons voir leurs marques de passage, notamment via les galets des plages lointaines déposés aux pieds des arbres et batisses.

C’est assez sportif ! Mais revivifiant et raffraichissant. Vous venez ? Nous vous attendons !

RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share
Instagram
#

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CAPTCHA